Vous aimeriez bien allaiter votre bébé. Mais vous vous posez beaucoup de questions : est-ce que cela vaut vraiment la peine ? Quelles précautions dois-je prendre?

Les bénéfices de l’allaitement pour votre enfant :

Votre lait est celui qui est le plus adapté aux besoins et au développement de votre bébé. La composition du lait maternel évolue au fil des semaines, et même pendant la tétée, selon les besoins de votre enfant, pour s’adapter sa croissance.

  • Il contient de nombreux nutriments qui participent à la synthèse des membranes cellulaires, en particulier du système nerveux central.
  • Il diminue les risques d’infection, notamment digestive.
  • Il contribue à prévenir l’allergie chez les enfants qui ont une prédisposition familiale.
  • Il diminue les risques d’obésité ultérieure.

L’alimentation pendant l’allaitement :

La période de l’allaitement s’accompagne, tout comme la grossesse, d’adaptations de l’absorption de certains nutriments, ce qui évite d’éventuels excès ou carences.

Le coût énergétique de la lactation est de 500 à 600kcal/jour en moyenne mais cette énergie supplémentaire est disponible grâce aux différentes réserves effectuées en début de grossesse.

En pratique : veiller à maintenir un bon apport en calcium

  • Consommer 3 produits laitiers par jour (vous pouvez consommer à nouveau toutes les sortes de fromage ; il n’y a plus de risque pour le bébé)
  • La vitamine D est essentielle pour la bonne croissance osseuse de votre enfant. Votre lait en contient naturellement mais de toute façon, on prescrit systématiquement, par précaution, un supplément en vitamine D à votre enfant.

Les questions que vous vous posez :

– Y a-t-il des aliments à proscrire ?

Aucun, sauf l’alcool, étant donné qu’il passe dans le sang, donc dans le lait, comme tous les autres nutriments, vitamines et minéraux.

Pour les mamans ayant une allergie reconnue (alimentaire ou autre), il est recommandé de continuer à exclure les arachides de leur alimentation.

– Certains aliments donnent-ils du goût au lait maternel ?

Oui, comme les choux, asperges, fenouil, ail, épices… mais cela permet au bébé de continuer à tester de nouvelles saveurs. Il a d’ailleurs commencé pendant la grossesse grâce au liquide amniotique qui, lui aussi, est imprégné d’odeurs ou de saveurs.

– Consommer des agrumes, des jus de fruits ou des légumes riches en fibres, peut provoquer des maux de ventre au bébé ?

Non, dans la mesure où l’équilibre alimentaire est respecté.

Les fibres contenues dans les fruits ou les légumes ne passent pas dans le sang, donc pas dans le lait. L’intestin du nouveau-né est encore immature, ca qui peut expliquer certains maux de ventre.

– Et les boissons gazeuses ?

Les bulles ne passent pas dans le sang, donc pas dans le lait. Il n’y a donc aucune contre-indication à en boire.

Par contre, certains sodas peuvent être riches en caféine, excitant qui passe dans le lait. Comme le thé et le café, ils devront être consommés avec modération ou choisis sans caféine.